Zen avec votre budget : guide pratique

Zen avec votre budget : guide pratique

Feelzen : gestion de budget

Les temps sont durs, nous le savons tous car nous le vivons au quotidien. Nous travaillons pour la grande majorité pour recevoir notre salaire en fin de mois. Nous travaillons pour l’argent, car il faut payer les factures, toujours plus chères et toujours plus nombreuses. Il est devenu difficile de boucler les fins de mois sans être dans le rouge. Par conséquent, nous sommes nombreux, et moi le premier, à utiliser ce cadeau magnifique des banques : le découvert ! Mais attention, somme toute, ce cadeau est empoisonné car il s’agit ni plus ni moins qu’un prêt à la consommation qui nous permet, en théorie, de faire face à un imprévu et donc à un déficit temporaire… Sauf que souvent, c’est un déficit temporaire… mensuel… et renfloué par notre salaire. Et ce prêt peut s’avérer cher, surtout si on dépasse soit le délai maximum prévu, soit le fameux “découvert autorisé” ! Et je ne vous raconte pas quand vous cumulez les deux ! Champagne pour la banque ! La banque, vous connaissez ? Cet établissement dans lequel vous déposez votre argent et que vous payez pour l’utiliser ! Alors dites-moi, même si nous nous sommes déjà tous posé la question et que nous en connaissons certainement déjà, quelles solutions s’offrent à nous pour ne plus être à découvert tous les mois ?

Pourquoi gérer son budget ?

Avant tout, la première des solutions est tout simplement de gérer et suivre son budget régulièrement. Dans le régulièrement, chacun y trouvera son compte mais nous y reviendrons en répondant plus loin à la réponse “Quand ?” A quoi cela sert-il ? Voyons, laissez-moi réfléchir 10 secondes.

La première réponse qui me vient à l’esprit est : avoir l’esprit tranquille et ainsi rester zen car on sait où on en est. Fini le stress d’attendre le relevé mensuel et le solde, finie la peur de découvrir qu’on a finalement moins que prévu sur son compte, adieu la crise cardiaque à chaque fois qu’on prend conscience qu’on ne pourra plus “boucler son mois”. Et je dirais même, si on a un budget serré tous les mois, savoir qu’on sera dans le rouge mais que cela sera de courte durée est mieux que de rester dans le doute. Par exemple, il m’est arrivé de savoir à l’avance qu’avec telle dépense, mon compte serait à découvert, mais de rester serein car je savais aussi que ce découvert serait rapidement comblé par une prochaine rentrée d’argent (une remise de chèque à venir par exemple). Donc quoi qu’il arrive, savoir où on en est exactement permet de prendre du recul et d’analyser la situation avec plus de sérénité, et cela n’a pas de prix (ce jeu de mots, je ne pouvais pas ne pas le faire !).

Quoiqu’il en soit, vous connaissez vos ressources car pour la plupart d’entre nous elles ne changent pas : un salaire en fin ou début de mois, plus des aides si vous y avez droit. Par contre, toutes les dépenses ne sont pas connues à l’avance. Qui peut deviner à l’avance que la machine à laver va tomber en panne ? Que papa s’est fait flashé et qu’il va devoir payer une contravention (non, non, ce n’est pas du vécu !) ? L’équilibre de votre budget ne pourra donc se faire que si vous faites le point régulièrement, car cela va vous permettre de maîtriser un minimum vos dépenses, afin qu’elles ne dépassent pas vos revenus (simple à dire non, je gagne 100, si je dépense 110, je suis dans le rouge !), et éventuellement de dégager une “trésorerie de sécurité” pour faire face aux imprévus.

C’est d’ailleurs la deuxième réponse à la question “Pourquoi gérer son budget” : lister toutes vos dépenses et pouvoir les maîtriser. A force de faire votre budget régulièrement, vous allez connaître vos principaux postes de dépenses et voir sur lesquels vous allez pouvoir agir, en les réduisant. Bien entendu, cela ne sera possible que sur les dépenses courantes, et sur certaines dépenses fixes. Le crédit immobilier, les impôts, les charges resteront normalement fixes sans possibilité pour vous de les réduire (mais peut-être de les aménager ? …). Mais vous allez ainsi pouvoir anticiper et prévoir vos dépenses, autrement dit, vous n’allez plus subir et simplement réagir, mais reprendre le contrôle !

J’ai personnellement changé trois fois d’opérateur Internet et deux fois d’opérateur mobile car j’ai considéré que ces postes étaient trop importants par rapport à l’usage que j’en faisais. Je suis passé de prêt de 90 euros par mois à moins de 30.

Cette démarche vous permettra également de devenir “prudent”, ce que certains pourraient d’ailleurs considérés par d’autres comme de la radinerie. Se dire “non, je ne peux pas me le permettre” est beaucoup plus facile quand on connait ses limites, en d’autres termes quand on connait et maîtrise son budget.

Ainsi, en troisième lieu, par effet de conséquence, en maîtrisant votre budget (car en résumé, maîtriser son budget revient en fait à maîtriser ses dépenses) vous serez en mesure de planifier votre budget et de financer vos projets, quels qu’ils soient, dans la mesure bien entendu du raisonnable ;-). Par exemple, en mettant un peu d’argent de côté tous les mois, sur la durée vous pourrez financer vos prochaines vacances, le remplacement de la voiture, etc. Le mieux est aussi de se fixer un objectif, comme un somme cible, c’est toujours plus efficace et plus motivant que de ne pas pouvoir se projeter sur quelque chose de précis.

Enfin, gérer votre budget vous permettra de “gagner de l’argent” ou, plus exactement, de ne pas en perdre bêtement. Comme j’en parlais en introduction, un découvert ne vous protège en rien des agios, ces frais bancaires en cas de déficit qui sont en fait, ni plus ni moins que les intérêts de l’emprunt que vous octroi votre banque pour couvrir vos dépenses sans provisions. Ces montants peuvent, si on les cumule, représenter une certaine somme, que vous préférerez certainement placer autre part. Sachez qu’il m’est arrivé de “jongler” sur ce découvert autorisé, car ils ne sont calculés que les 15 et 30 de chaque mois. Si vous vous arrangez pour qu’à ces dates, votre solde soit toujours positif (ou, au pire, nul), vous éviterez les agios (d’où l’expression “Pour éviter les agios, vive le yoyo !” ;)).

Et bien entendu, je n’en ai pas encore parlé, mais si vous vous trouvez dans une situation qui vous force à souscrire un prêt à la consommation pour faire face, vous aurez à payer, en plus du remboursement mensuel du capital, les intérêts de cet emprunt. Avant d’en arriver là, commencez donc dès aujourd’hui à gérer votre budget.

Comment ?

Maintenant qu’on sait (normalement), pourquoi il est important de gérer son budget, voyons concrètement comment faire.

Première étape, surtout si vous commencez (ou recommencez), le principe est de noter toutes les rentrées d’argent et toutes les dépenses : des plus importantes, normalement un crédit immobilier, à la plus petite, qui peut être un retrait de 10€ (si, si, certains distributeurs le permettent) ou, pourquoi pas, l’achat d’un bonus de quelques euros sur un jeu pour mobile (je te vois bien toi, là, avoir débloqué un bonus pour avancer dans Candy Crush, ou toi, là, avoir acheté des cristaux dans Clash of Clans !). Vos rentrées quant à elles se résument à votre salaire et primes, des prestations sociales, ou bien un chèque ou du liquide (une brocante, un remboursement quelconque, un complément de revenus).

N’hésitez pas à reprendre vos factures et papiers administratifs des mois précédents (si, si, le petit tas de paperasses amassez sur un coin du bureau et dont on remet systématiquement le traitement à plus tard…)

Deuxième étape, classez vos dépenses en plusieurs catégories, comme suit :

  • Les dépenses fixes : en premier lieu le crédit du prêt immobilier ou loyer, la taxe d’habitation, la taxe foncière, la redevance télé. Viennent ensuite les factures d’électricité, de gaz, d’eau, ou les charges de copropriété qui peuvent englober tous ces frais. Après cela arrivent les abonnements de téléphone portable, d’accès à Internet, les assurances (habitations, véhicules, scolaires), les mutuelles. Puis les autres prélèvements automatiques ou règlements réguliers comme les assurances-vie, les remboursements de crédit à la consommation.

Pour ces frais fixes, si certains sont d’offices facturés tous les mois (scolarité, abonnements, …) pensez à lisser ceux qui le peuvent, comme les impôts, les taxes ou les assurances. Car il est souvent plus facile de les payer sur 12 mois qu’en une seule fois.

Ces dépenses fixes sont les dépenses obligatoires, contraignantes, dans le sens où vous devrez forcément vous en acquitter. Il faut s’assurer de pouvoir les régler chaque mois, ou chaque année, sous peine de relance, de majoration, et toutes ces sympathiques procédures qui pourraient vous stresser.

  • Viennent ensuite les dépenses dites “courantes”, ou variables. Ce sont les dépenses régulières, ponctuelles, qui ponctuent notre quotidien mais dont le montant peut varier d’un mois à l’autre. On y retrouve l’alimentation bien sûr, mais aussi les frais liés aux enfants (cantine, garderie, assistante maternelle), les abonnements aux activités sportives, culturelles et artistiques, l’essence pour la voiture, les frais de médecins, tous les petits frais divers (un complément de course, un café ou un verre avec des amis, un restaurant en famille), et pour finir les paiements mensuels fixes sur un durée plus courte, par exemple un dette personnelle, un remboursement de prêt familial, etc.).

Ce sont sur ces dépenses courantes que vous allez pouvoir agir pour ajuster et maîtriser votre budget. Elles dépendent en effet de nos besoins, mais aussi de nos envies. Et c’est donc sur cette catégorie et en particulier sur vos envies, que votre marge de manœuvre se situe principalement. Vous serez en mesure de décider de serrer un budget au bénéfice d’un autre ou juste pour garder un peu d’argent de côté. Par exemple, moins de frais de garde du centre aéré quand les enfants partent chez papi-mami, ce qui permet aussi par ailleurs d’alléger pour quelques jours ou semaines le budget alimentation. Ces petits ajustements permettent ainsi de se créer un peu de trésorerie, voire avec le cumul une “épargne de précaution”, primordiale pour faire face à la dernière catégorie de dépenses.

  • Les dépenses exceptionnelles. Elles regroupent toutes les dépenses imprévues au programme… pardon au budget. Entre autres, une réparation sur la voiture, la machine à laver ou le frigo qui tombe en panne, la fuite dans la salle de bain etc. Les réjouissances sont très variées ! Ce ne sont pas les plus nombreuses, mais leur montant peut faire basculer l’équilibre de votre budget très rapidement.

Ce travail minutieux est primordial, surtout au début, afin de déterminer votre marge nette. C’est tout simplement la différence entre vos ressources et vos dépenses fixes et courantes. C’est avec ce montant que vous pourrez déterminer votre épargne de précaution et votre budget mensuel à allouer à vos différents projets : vacances, sorties et “craquages compulsifs” (si, si les soldes approchent certainement et je vous ai vu loucher sur cette jolie robe, ou alors ce nouveau gadget technologique doit absolument faire partie de votre collection de geek !). Votre liste de ressources et de dépenses va vous donner une visibilité sur les mois à venir, en établissant un “budget prévisionnel”. Cette vision vous permettra de prendre conscience du poids des différents postes de dépense de votre foyer et de l’importance d‘équilibrer la balance de votre foyer. Ce qui est intéressant quand on connait sa limite, c’est de pouvoir plus facilement renoncer à un achat ou d’arbitrer entre les projets lorsque le budget ne permet pas de tous les mener en même temps (la nouvelle voiture peut encore attendre, les vacances sont plus importantes cette année pour souffler et se ressourcer en famille).

Cet état des lieux vous permet également de vous fixer des objectifs de dépenses par poste. En faisant une moyenne tous les mois, vous pourrez à la longue allouer un montant à ne pas dépasser, par exemple, 100 euros par semaine pour l’alimentation. Soyez cependant raisonnable dans ces restrictions, sous peine de vous stresser dès que vous dépassez la limite.

Sur quel support ?

Tout ça c’est bien beau mais moi, j’ai fait ma liste en lisant ton article et j’ai tout noté sur un bout de nappe. J’ai bon ?

Bien entendu, vous vous en doutez, le mieux est de prendre un support pour bien gérer votre budget régulièrement, et là, c’est à vous de décidez avec lequel vous êtes le plus à l’aise. Voici quand même quelques idées parmi les plus utilisées.

  • Le cahier de comptes : le plus classique. Un bloc note ou un cahier, un crayon et une gomme. Ma mère avait même carrément opté pour toute une panoplie de cahiers : un par poste de dépense et un global pour tout reporter. Pour chaque transfert, elle gommait d’un cahier pour récrire dans un autre.
  • Plus moderne mais toujours sur support physique, le Kakebo. Qu’est-ce que c’est que ça ? C’est un agenda de compte qui nous vient du Japon et qui est spécifiquement utilisé pour tenir son budget. On en trouve maintenant dans le commerce.
  • Le fameux cahier Excel. Un fichier tableur qui permet, en plus d’avoir toute les dépenses en colonnes, de faire les totaux par poste et au global (somme par type de dépense, différence entre ressources et dépenses, totaux et moyenne sur l’année, etc.). Et si on est à l’aise avec et outil, on peut même utiliser les onglets pour y répertorier tous les postes en détail et de reporter les totaux sur le tableau global annuel.
  • Les applications spécialisés, à installer ou en ligne : les logiciels comme Money, ou  Tous comptes Faits de Ciel (société spécialisée dans les logiciels comptables), ou les espace client des banques qui sont parfois très bien faits et permettent, en plus de consulter vos comptes en direct, de les pointer et de les catégoriser. Le choix vous appartient, il faut que vous vous sentiez à l’aise et que l’utilisation vous soit facile.

Quand ?

Je vais devoir faire ça tous les jours ?

Maintenant qu’on sait, à peu près, pourquoi on le fait et comment, il faut se poser la question de la périodicité. La réponse rapide et facile, c’est de vous dire : “c’est vous qui voyez”. Mais comme je n’aime pas ce type de réponse, je vais aller plus loin.

Si vous n’avez jamais gérer votre budget

Ou en tout cas pas suivi depuis longtemps, vous serez sans doute rassuré de le faire tous les jours, au moins du début, pour répertorier au fur et à mesure du premier mois de reprise toutes les dépenses et remplir ainsi votre tableau de budget prévisionnel. Cela vous permettra aussi, en attendant d’avoir un œil plus avisé d’éviter les mauvaises surprises et surtout pour pouvoir pallier aux imprévus.
Ensuite, une fois “stabilisé”, c’est-à-dire une fois que vous serez habitué à vos dépenses fixes et régulières, vous saurez à peu près où vous en êtes et vous ne “ferez vos comptes” qu’une fois par semaine, par exemple. C’est le rythme que je suis personnellement, non sans un coup d’œil de temps en temps via l’espace personnel mis à disposition par ma banque.
Enfin, vous pourrez passer à un contrôle mensuel afin de pointer vos tickets de carte bleue, vos chèques, vérifier que tous vos virements sont bien passés et avec le montant attendus et enfin vous assurer que rien d’imprévu n’est tombé. C’est avec vos contrôles réguliers que vous serez en mesure de détecter un écart avec votre banque, une fraude, un virement litigieux, un frais abusif de votre banque.

D’une manière générale

Le budget annuel s’établit en toute fin et tout début d’année. On termine le budget de l’année qui se termine en y reportant les montants réels du mois de décembre. Cela permet de faire le bilan, les totaux et les moyennes, à reporter ensuite dans le tableau prévisionnel de la nouvelle année. Dans ce nouveau tableau, on peut ainsi réajuster les budgets, les objectifs fixés, sachant que ce tableau continuera à évoluer en fonction des besoins (nouveau poste de dépense ou, mieux, nouvelles sources de revenus).

Tous les mois, vous pointerez tous les mouvements sur vos comptes bancaires, virement du salaire, prélèvements automatiques à date fixe, du mois passés et du début du mois en cours, selon la date à laquelle vous faites votre contrôle.

Chaque semaine, il est recommandé d’enregistrer vos actions récentes : virements, tickets de carte bleue, tickets de retraits de liquide, chèques effectués, mais aussi vos dépôts de liquide ou de chèques reçus. L’intérêt de le faire régulièrement et sur une petit période est principalement d’avoir la mémoire fraîches et de se souvenir ce à quoi correspond tel mouvement. Combien de fois me suis-je vu réfléchir à ce qui pouvait correspondre à un ticket de carte bleue car le nom sur le relevé de compte ne correspondait pas du tout à ce qui est marqué sur le ticket de carte bleue. Plus tôt vous le faites, mieux vous saurez vous y retrouver.

Enfin, pour les plus minutieux, un contrôle quotidien peut vous rassurer mais n’est pas du tout obligatoire. Il m’arrive de le faire ponctuellement, mais uniquement pour vérifier qu’un mouvement spécifique est bien pris en compte (un achat en ligne, un virement ponctuel que j’ai effectué). On évite aussi les mauvaises surprises indépendantes de notre volonté (fraude, piratage de la carte, etc.)

Et puis, avec l’habitude, on se rend compte que passer 10 minutes par jour à pointer une action que l’on a fait la veille, c’est plus agréable que de “perdre” 2 heures le week-end à se rappeler de ce qu’on a bien acheter tel jour.

Quelques astuces supplémentaires

Maintenant que nous avons une idée beaucoup plus claires de notre budget et de notre capacité financière, nos pouvons voir l’avenir avec sérénité. Mais pour terminer, laissez-moi partager avec vous quelques petits conseils concrets pour aller plus loin.

Épargne de précaution

Bien que déjà abordé rapidement, voici quelques informations supplémentaires sur le sujet.

Essayez de vous constituer une épargne de précaution en déterminant un montant à mettre de côté mensuellement. Même un montant de 20 ou même 10€ permet, à la longue de se constituer une petite somme “tampon”, à utiliser en cas d’imprévu. Se fixer ces montants vous forcera à mettre cet argent de côté, c’est psychologique. Avoir un objectif précis est plus motivant. Cette épargne de précaution 10 € pour l’entretien de la voiture, 10€ pour les extras en vacances, 20€ pour les études des enfants

Mettez ces montants de côté au début du mois quand vous avez encore des fonds, plutôt qu’en fin de mois. Cela a deux avantages : 1) en fin de mois, du fait que votre compte soit au plus bas, vous serez moins enclin à le réduire davantage 2) en fin de mois toujours, vous serez moins tenté par les “écarts” car vous ne pourrez pas vous les permettre.

Concrètement, mettre de côté veut bien dire ne pas laisser l’argent sur votre compte courant, aussi est-il pertinent d’ouvrir des livrets rémunérés, même si les taux actuels ne sont pas très intéressants. L’intérêt est à la fois de faire fructifier un minimum vos économies tout en les mettant à l’abri. Qui n’est pas tenter de dépenser de l’argent, tant qu’il y en a à disposition sur le compte courant ?

Les courses

Lorsque vous faites vos courses, privilégiez les produits de saison qui sont moins chers et étudiez les promotions. Je dis bien étudiez car certaines sont parfois de fausses promotions (2 produits vendus en 1 lot en tête de gondole plus cher que les deux mêmes produits achetés séparément en rayon.

Mieux, faites vos courses par Internet sur le service “Drive” de votre enseigne habituelle évite de ressortir du supermarché avec pleins de produits en plus qui n’étaient pas sur votre liste, et qu’on appelle les achats “coup de tête”. Les enseignes sont très douées pour disposer les produits de marnière stratégiques pour vous pousser à la consommation. Sinon, tenir une liste et s’y tenir absolument peut aussi éviter de tomber dans ce piège, avec un peu de volonté.

Pour les vêtements, que cela soit pour vous ou pour les enfants, essayer d’attendre les soldes ou étudiez les “bonnes affaires”. Les bourses aux vêtements ou aux jouets de votre municipalité (CCAS notamment) sont aussi des bons plans encore trop boudés mais pourtant parfois efficaces pour faire des économies.

Un peu plus compliqué, rapprocher le prix d’un produit à son coût à l’heure travaillée peut faire prendre conscience de sa vraie valeur. Le SMIC est à environ 9.76 de l’heure en 2017, aussi j’arrondirai à 10 pour le confort de calcul. Je souhaite m’acheter un vêtement à 70€. Ce vêtement représente une journée complète de travail, soit 7 heures à 10 euros. On reprend alors conscience de la valeur de l’argent que l’on gagne et de l’impact des dépenses que l’on engage. On peut même compliquer la chose en soustrayant d’office sur chaque heure, la part des charges fixes. Ce vêtement vaudra donc encore plus qu’une journée de travail car on sera peut-être sur 5€ de l’heure en net (ne cherchez pas, ça fait 2 jours de travail !).

Au quotidien

Il n’y a pas de petites économies ! (Merci maman pour cette formule ^^). On oublie souvent que pleins de petits gestes du quotidien on une incidence sur nos frais : éteindre les lumières dans les pièces inoccupées, installer un réducteur de débit sur la pomme de douche, éviter les bains, se fixer un plafond par semaine sur ses jeux préférés, ne pas acheter de marques, ne pas acheter le dernier gadget à la mode mais attendre que les prix baissent (c’est assez rapide en ce moment…). Cette dernière astuce vous permettra d’ailleurs de profiter à un meilleur prix des améliorations du gadget et de ne pas subir les défauts des premières versions 😉 Bref, réfléchissez à toutes ces petites actions “annexes” qui pourraient vous faire gagner quelques euros. Au cumul, cela représente des montants significatifs.

Pour réduire le budget essence, pensez à laisser la voiture au garage si vous pouvez vous déplacer, à pied, à vélo, ou attendre un peu pour grouper vos déplacements en un seul.

Evitez les crédits renouvelables au bénéfice des paiements comptants que vous ferez immédiatement dès que votre trésorerie le permettra. Le remboursement de ces crédits viennent s’ajouter à vos charges fixes et donc diminuer d’autant votre épargne de précaution et les sommes allouées à vos objectifs. Si vous n’avez pas le choix, comparez bien les taux et les conditions de remboursement (possibilité de suspendre les versements, de les monter ou diminuer en fonction de vos possibilités, pas de crédit qui ne dure plus longtemps que la durée de vie d’un produit, etc.)

Sur les abonnements, n’hésitez pas à renégocier vos contrats ou à changer de fournisseurs pour alléger la facture. Avez-vous réellement besoin de 50 Gigas d’Internet sur votre forfait téléphone ?

Optez pour les cartes prépayées ou les abonnements limités pour vos enfants. Étant donné votre utilisation d’Internet, la fibre est-elle indispensable ?

Comparez les offres et prenez celle qui s’adapte réellement à vos besoins. Je vous rappelle qu’une nouvelle loi permet de changer d’assurance plus facilement qu’avant.

La mensualisation vous permet de lisser les dépenses fixes ou régulières. Pensez notamment aux impôts, aux assurances, à la consommation d’électricité et d’eau, les abonnements téléphone et Internet.

Certaines banques proposent des alertes SMS indiquant le solde en temps réel ainsi que les opérations de la veille. Cela vous permet de savoir où vous en êtes quotidiennement. Attention cependant à ce que cela ne devienne pas une paranoïa ou une addiction et de ne plus avoir de recul quant à l’aspect financier…

Les objectifs

Encore une fois, se fixer des objectifs précis est important. Cette astuce permet à la fois d’avoir un but concret, visible et donc de le respecter plus aisément. Mais en plus, le fait d’atteindre ses objectifs va vous apporter de la satisfaction et ainsi renforcer votre motivation.

Lorsque l’âge des enfants le permet, associez toute la famille aux différents projets. Si vous obtenez l’adhésion de tout le monde à ces projets, vous obtiendrez aussi plus facilement, en leur rappelant régulièrement, la participation volontaire et les efforts nécessaires de chacun. Et lorsque vous réussissez à atteindre un objectif, dites-le, partagez-le avec la famille. Tout le monde verra concrètement le résultat des efforts consentis et sera d’autant plus motiver à les continuer.

Dans vos objectifs, n’oubliez pas votre retraite, l’achat d’un bien immobilier, le remboursement de vos crédits (déjà pris ou à venir pour un projet onéreux).

D’autres sources de revenus ?

Tous ces efforts, toutes ces astuces concernent exclusivement vos dépenses. Mais on oublie très souvent qu’une très bonne manière de pouvoir équilibrer son budget ou augmenter son pouvoir d’achat est d’avoir davantage de ressources. Donc, si vous en avez la possibilité, la volonté et le temps, pourquoi ne pas chercher des sources de revenus supplémentaires ? Warren Buffet lui-même a dit qu’il ne fallait jamais dépendre d’une seule source de revenus. Faites des recherches par rapport au temps libre que vous pouvez y consacrez mais faites attention aux nombreuses arnaques présentes sur Internet. Vous avez un talent ? Une passion ? Réfléchissez aux moyens de les rentabiliser en vendant vos productions ou vos services, notamment avec les statuts de micro-entreprise ou d’auto-entrepreneur. Mais là on sort du sujet.

Conclusion

Il est possible de rester zen avec votre budget c’est-à-dire de le garder à l’équilibre en le gérant régulièrement et en mettant en place des actions simples pour économiser et dépenser moins. J’espère que ce petit guide vous a plus et vous a été utile, à défaut d’avoir amené une réflexion sur votre propre gestion. N’hésitez pas en commentaires à réagir, à ajouter vos propres astuces personnelles et pourquoi pas, vos bons plans, pour peu qu’ils soient sérieux et vérifier. A bientôt !

Bienvenue sur mon blog Feelzen !

2017 est une année qui commence sur les chapeaux de roues pour moi. Et pas parce que j’ai pris des “bonnes” résolutions, je laisse ça aux graphistes… (Oui, le jeu de mots est naze, mais il va falloir vous y habituer ^_^). Moi les résolutions, ça fait belle lurette que je n’en prends plus. Prendre des résolutions le lendemain du réveillon du 31 pour les laisser tomber deux semaines ou quelques mois après, non merci ! Je prends donc la seule et unique résolution de ne plus prendre de résolution. Par contre, prendre la vie du bon côté et ne retenir que les moments positifs de chacune de mes journées, ça oui !

J’ai donc compris que je devais me reprendre en main et cela dans tous les domaines : personnel et professionnel, que ça soit dans mes relations aux autres ou dans mes réactions face aux situations auxquelles je suis confrontée. Je peux dire qu’une certaine “prise de conscience” s’est opérée en mon fort intérieur. Suis-je en train de faire une “pré-crise de la quarantaine “ ? C’est possible. En tout cas si c’est le cas, c’est plutôt une crise bénéfique pour moi. Du coup, voilà : Feel Zen, l’expression est lâchée. Comment se sentir et rester zen à tous moments et en toute circonstances. Rejeter la colère, accueillir la sérénité car elle permet très souvent, comme par magie, de résoudre beaucoup de chose plus facilement, et en tout cas d’appréhender beaucoup de situations avec l’esprit tranquille et avec un angle d’approche différent. Ne plus parler de problème mais de défi. Ne plus parler de difficulté mais de challenge. Rester calme devant un collègue stressé. Réagir par la douceur devant le caprice d’un enfant. Bref, être en empathie et en harmonie avec tout ce qui nous entoure. L’objectif de ce blog est donc de partager avec vous mes découvertes, vécues directement ou non, mes réflexions, mes lectures ou visionnages inspirants et en accord avec la “zen attitude”.

En commentaire, j’aimerai que vous me disiez deux choses. La première est-ce que vous-même vous avez eu cette prise de conscience ou en tout cas si, à un moment de votre vie, vous avez senti ce quelque chose de différent, comme un instinct qu’il fallait changer les choses, votre vision de la vie. La deuxième chose, c’est me dire s’il y a des sujets sur lesquels vous aimeriez pouvoir réagir avec sérénité, si vous l’avez déjà fait, avec votre retour d’expérience, ou des sujets qu’il vous intéresserait de voir aborder sur ce blog, sous quel angle d’attaque éventuellement. Mon “initiation” ne fait que commencer, je vous invite à la suivre avec moi !